Vertige et étourdissement

Vertige et étourdissement




Définition


Terme utilisé fréquemment, et de façon souvent inappropriée, pour décrire des sensations variées comme une faiblesse, une impression de "tête qui tourne", de tête vide, etc…

Autrement dit, le vertige est en quelque sorte une erreur de perception du malade qui ressent lui-même son corps tourner, alors que les objets qui l'entourent semblent animés d'un mouvement tournant.
Cette sensation rotatoire, correspondant au vertige rotatoire ou vrai vertige, est due à un trouble de l'équilibre par atteinte de différentes pièces anatomiques de l'oreille interne (labyrinthe, nerf vestibulaire).
Les vertiges sont souvent confondus avec les étourdissements, susceptibles également de regrouper un nombre élevé d'impressions ne correspondant pas exactement à la définition médicale de ce terme. C'est ainsi que des céphalées (maux de tête), des paresthésies (fourmillements), une vision floue et même une confusion mentale peuvent être pris pour des étourdissements ou des vertiges.



Causes
(liste non exhaustive)

1) Les vertiges dus à des troubles labyrinthiques
Ils sont le plus souvent dus à une infection du labyrinthe, dont l'évolution est favorable. Ils surviennent généralement entre la troisième et la quatrième décennie et sont accompagnés de vomissements et d'ataxie (perte de l'équilibre). Le vertige est souvent très marqué au début puis régresse progressivement. Il est accompagné d'un nystagmus (mouvements involontaires d'oscillation de faible amplitude et de rotation du globe oculaire) qui ne dure pas longtemps.
Le vertige auriculaire, appelé également syndrome de Ménière ou maladie de Ménière, correspond à un accès brusque de vertige rotatoire s'accompagnant de bourdonnements d'oreille et de surdité. Cette pathologie semble secondaire à des troubles de vascularisation avec augmentation de la tension du liquide situé à l'intérieur du labyrinthe. L'origine exacte de cette pathologie n'est pas connue pour l'instant.

2) Les vertiges dus à une cause centrale
Le vertige névropathique se caractérise par une impression de brouillard devant les yeux et une pâleur du visage. Cette variété de vertige rentre dans les pathologies de type névrose et plus spécifiquement les phobies. En effet, il semble provoqué par la vue d'un objet ou d'une personne.
Les vertiges paralysants, appelés également maladie de Gerlier, Kubisagari, tourniquet. Ils correspondent peut-être à une pathologie infectieuse rencontrée au Japon ou dans le Jura. Les individus atteints par cette affection ont une profession en relation directe avec les bovidés (berger, trieurs, etc.). Cette maladie s'associe à des troubles de l'équilibre, des douleurs au niveau de la colonne vertébrale, une photophobie (sensation visuelle désagréable provoquée par la lumière), une diplopie (impression de voir double).
Les vertiges importants survenant à la marche doivent faire rechercher une atteinte de la moelle épinière ou du système nerveux périphérique par une neuropathie périphérique (atteinte du système nerveux ne comprenant pas l'encéphale et la moelle épinière) due à des intoxications diverses, une maladie de Parkinson, une atteinte du cervelet.
Le vertige angiopathique est dû à une atteinte des artères du bulbe rachidien (partie du système nerveux central située en avant du cervelet)
Le névrome acoustique correspond à une excroissance située sur le nerf auditif, s'accompagnant d'une surdité d'un seul côté et d'acouphènes (sensations auditives à type de sifflement, bourdonnement).
3) Autres causes
Une otite
Une otospongiose : maladie héréditaire touchant l'oreille moyenne (espace situé immédiatement derrière le tympan et comprenant le marteau, l'enclume et l'étrier, et communiquant avec le pharynx par l'intermédiaire de la trompe d'Eustache). Cette maladie présente une évolution progressive et entraîne à la longue une surdité.
Un bouchon de cérumen
Les lipothymies correspondent à un malaise caractérisé par une impression d'évanouissement imminent précédant parfois une syncope (évanouissement) avant laquelle le patient ressent des sensations de faiblesse. La lipothymie est due à une insuffisance de circulation du sang (ischémie) au niveau du système nerveux central. Le malade reste conscient au début de la crise, puis progressivement sa perception de l'entourage se fait de moins en moins bien. Si la circulation sanguine n'est pas rétablie totalement ou en partie, la lipothymie aboutit à une perte de connaissance totale. Les symptômes survenant au cours de cette variété de malaise sont une sensation de tête vide avec vision floue pouvant précéder une absence totale de vision (amorose), accompagnée d'une sensation de jambes pesantes et de sueurs froides, tintements d'oreille, troubles de la vue. Les lipothymies sont le plus souvent dues à une émotion intense ou au lever trop rapide d'un malade alité pendant un temps assez long. Elles sont également susceptibles de survenir à chaque fois qu'il existe une diminution de l'arrivée du sang au niveau du cerveau pour diverses raisons (anémie, hémorragies, atteinte cardiaque comme un infarctus du myocarde, une diminution du rythme cardiaque, une atteinte d'un ventricule cardiaque, un trouble du rythme cardiaque, chute du sucre dans le sang - hypoglycémie -, anxiété, convulsion, hypotension orthostatique - quand le patient passe brutalement de la position couchée ou assise à la position debout -, toux violente - ictus laryngé).
Une intoxication par des médicaments : traitement de la maladie de Parkinson, Valium ou équivalent, certains antibiotiques, anticonvulsivants, antihistaminiques.
Les déséquilibres bénins liés à l'âge correspondent à une altération du sens de position due à une mauvaise vision (cataracte, dégénérescence de la rétine) ou à une atteinte de certaines parties de l'oreille interne, dues au vieillissement.
Une baisse, même minime, de la tension artérielle
Le vertige laryngé correspond à une perte de connaissance brutale plutôt courte, précédée par une sensation de picotements au niveau du larynx ayant entraîné une toux.
Le vertige galvanique est produit par l'action d'un courant provenant d'une simple pile dont les électrodes sont appliquées au niveau des mastoïdes (de chaque côté des mâchoires). Ce test permet de diagnostiquer une perturbation ou une lésion de l'oreille interne (canaux semi-circulaires)


Source    http://www.vulgaris-medical.com



09/09/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres