Une nouvelle étude prometteuse

Une nouvelle étude prometteuse

Mise à jour le mercredi 16 décembre 2009 à 18 h 04


Vaisseaux sanguins du cerveau

Photo: iStock

Vaisseaux sanguins du cerveau.

Voilà une nouvelle prometteuse pour les gens atteints de la sclérose en plaques. Une étude sera menée au Canada pour tenter de confirmer que la sclérose en plaques est une maladie vasculaire qui peut être traitée à l'aide de la chirurgie.

Des chercheurs de la Saskatchewan et de la Colombie-Britannique tenteront en effet de valider les résultats prometteurs d'une étude qui a été menée par le Dr Paulo Zamboni, en Italie.

Le chercheur avance que dans 90 % des cas, la maladie est attribuable à un problème de blocage ou de malformation des veines qui alimentent le cerveau en sang. Ce problème fait en sorte qu'il y a trop de fer présent dans le cerveau, ce qui occasionne, selon le Dr Zamboni, des problèmes neurologiques et la sclérose en plaques.

Le chercheur italien a mené son étude auprès de 65 patients. Certains d'entre eux ont subi une intervention chirurgicale. Dans 50 % des cas où il y a eu intervention, les patients n'ont pas eu d'attaques de sclérose en plaques dans les 18 mois qui ont suivi. Chez les patients qui n'ont pas subi d'intervention chirurgicale, la proportion est de seulement 27 %.

Les chercheurs canadiens vont donc tenter de valider les résultats du Dr Zamboni. Un groupe de 100 personnes participera à l'étude. Les chercheurs de la Colombie-Britannique et de la Saskatchewan s'intéresseront aux veines du cou et de l'estomac des patients et ils effectueront une série de trois examens : des tests à ultrasons, des tests d'imagerie par résonance magnétique et également des insertions de cathéters.

Des vaisseaux sanguins

La prudence reste de mise

Même si les chercheurs sont enthousiastes à l'idée de mener cette étude, le directeur de la clinique de sclérose en plaques à l'Université de la Colombie-Britannique, Anthony Traboulsee, invite tout de même à la prudence.

« Je ne sais pas pour l'instant, car il est question d'une seule étude avec un univers réduit [...] Il y a 75 000 patients au Canada qui souffrent de la sclérose en plaques. Donc, quand on essaie d'extrapoler à une population entière, c'est vraiment très risqué. Ce qui s'applique à une personne avec une sclérose ne s'applique pas à une autre. Donc, nous sommes très prudents. Nous ne voulons pas avoir une interprétation qui extrapolerait trop les résultats de cette petite étude », explique-t-il.

Le son de cloche est le même du côté de la Société canadienne de la sclérose en plaques. « Avec le temps, il y a eu toutes sortes de remèdes qui ont été proposés et après des recherches scientifiques, on a prouvé le contraire, et cela pourrait être le cas cette fois-ci et c'est pourquoi je crois qu'il faut faire preuve de prudence. C'est encourageant, mais il faut faire preuve de prudence », indique Janet Palm, présidente de la division de la Colombie-Britannique et du Yukon pour la Société canadienne de la sclérose en plaques.



17/12/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres