SLY Ou la petite histoire d’un Sépien... ( témoignage de sly )6 iem partie

SLY Ou la petite histoire d'un Sépien... ( témoignage de sly 6 iem partie


La nuit passée a été assez mauvaise, presque pas dormi.  Je me sens fatigué mais sans l'envie et le besoin de me reposer. Aucune importance, vu que je suis dans un lieu ou l'on peut se reposer... En me réveillant, j'ai une drôle de pensée, me disant que vu les 4h de perfusion la veille, je vais pouvoir me lever et pourquoi pas courir...(dans mes rêves...uniquement...)  Je change donc vite fait d'avis, lorsque debout, l'équilibre n'étant plus ce qu'il était, je me raccroche aux murs...Ma jambe droite, je ne la contrôle presque plus. Il me faut une tonne de concentration pour la faire avancer comme je voudrais. Même si j'ai une toute petite idée de ce que je dois avoir, je ne comprend pas trop cet état que je traîne depuis un bout de temps...

Je passerais les détails sur le rituel matinal des gentilles infirmières.. Toujours les mêmes qui font les mêmes choses....

Le bruit dans le couloir me fait deviner que quelque chose se passe... Après avoir fait mon enquête, j'apprend que c'est la visite du neurologue.. (je ne savait pas que mossieur, se déplaçait avec son escorte...) Mais je vais avoir ce plaisir de faire enfin sa connaissance..(bon, comme plaisir on fait mieux... !)   Voilà mon tour. Monsieur neuro entre, accompagné des ses 3 sbires. Il se présente et entame une conversation hors du communs ... «  Bon, vous êtes au courant de ce que vous avez... !!! »  Hallucinant ! Je n'aime pas trop les affirmations de ce type.. ! C'est limite si je ne dois pas justifier ma présence..(promis m'sieur le juge, je ne suis pas au courant de l'affaire, juste là comme témoin.. )  A ma tête d'ahuri à ce niveau, il se lance dans une explication, qu'à ce jour je n'ais toujours pas compris... Mais il a quand même la bonne idée de demander à l'interne de m'informer mieux. Merci ! A ce moment, je suis sûr d'une chose, ce que j'ai, doit être important vu toutes les notes prises.  Pas d'affolement pour l'instant...   J'attend donc le départ du toubib pour avoir d'autres renseignements. L'interne revient avec un dossier me concernant... Vu la taille du truc, je pensais que le contenu concernait plusieurs malades, mais non..  Il m'affirme que c'est mon dossier perso...  Il commence à me demander si  je vais bien, et va s'asseoir sur la petite table de cette chambre.. ( je sais, c'est bizarre mais c'est comme ça..Il ne dois pas aimer les chaises...) Il m'annonce qu'effectivement je suis malade, mais ne prononce pas le nom de cette maladie. Sujet tabou ??  Je dois lui demander clairement si oui ou non, j'ai la sclérose en plaque.. ! Réponse affirmative, mais mon cas est complètement différent et que je ne dois pas m'inquiéter... Je vais avoir encore deux perfs, je vais repartir et ça va aller mieux , qu'il me dit.. Et moi, je vous assure qu'à ce moment là, je me suis dit que j'allais remarcher, recourir... Et je lui ais répondu   « Mais merde ! cque vous pouvez être cachottiers  ici ! Fallait me le dire plus tôt. » (dans un moment de rire en plus. !)  Pour moi, c'était un vilain truc passager et c'était tout.. Avant de quitter la chambre, il m'a demandé plusieurs fois si j'étais sûr d'aller bien et si j'avais bien compris... (Bizarre ce type...) Eh oui, je vais bien, j'ai bien compris.. Avec le recul, je me dit que j'avais compris ce que je voulais entendre...   En fait, ce matin là, j'ai su réellement que j'avais cette maladie que je ne connaissais pas... C'était en janvier 2009... Je traînais une saloperie depuis des lustres, sans le savoir... Mais je pensais réellement que c'était passager, que des antibiotiques allait arranger ça... (mais oui, on sait, c'est pas automatique...)       Étrangement, j'ai eu ensuite le passage de plusieurs infirmières me demandant si j'allais bien. Arrive après un toubib, l'air inquiet de mon sort, pour m'annoncer qu'il a demandé que je vois une psy... (là, j'éclate de rire... ) Là, il le prend autrement, et me dit qu'à ma sortie il me prescrira des antidépresseurs... (monde de fous oui !!! )  Mais bien sûr, je refuse ses médocs...

1 heure se passe avant que l'on vienne m'injecter leur soi-disant produit miracle... Je le prend avec plaisir car je sais que c'est avec ça que je vais aller mieux... (foutaise !!!  et bande de menteurs...)  Je me rappelle de cette injection particulièrement, car elle m'a fait assez mal... J'ai senti des douleurs dans le bras, c'était intense...  Un mal qui dura  45 minutes.  J'ai donc  appelé une infirmière pour le signaler. Je ne sais pas trop ce qu'elle a voulue faire , mais elle s'est servit d'une paire de ciseaux pour faire une 'pression' sur le tuyau de la perf...  Une montée de suée m'est venue avec  une envie de gueuler après elle. !  Pour entendre un  « vous inquietez pas, ca va passer... »  (c'est ma main dans la tronche qui va passer oui !!!!)  Il a fallu une demi heure pour que ces douleurs soient terminées...   

Après le déjeuner, que je dirais rapide, pour rester poli... Je tente de passer le temps en me balladant dans les couloirs, m'arrêtant assez souvent pour parler à tout le monde... (après tout, ça les occupes aussi.) Un petit tour dehors, et je regagne ma chambrette ensuite.. Je reçois une visite, que j'ai trouvé bizarre. Une femme, l'air assez agée, entre en me demandant comment je vais et si je veux parler ...Pas spécialement , que je lui répond, mais que si ça peut lui faire plaisir... En fait, cette brave dame, pour s'occuper, fait les hôpitaux du coin pour visiter les malades, histoire de leur parler. J'ai trouver ça super sympa. En plus, elle a un paquet de fiches, un dossier pour chaque malades. (elle aussi, une manie dans cet hôpital... !)  Blague à part, c'est assez mimi ce qu'elle fait.

Durant cet après midi, j'ai dû avoir une bonne dizaine d'infirmières me demandant si j'allais bien.. On me propose même des cachets pour décompresser... Hallucinant !!  J'ai été tranquille une fois que j'ai dit que c'était elles qui me stressais avec les mêmes questions, et que j'allais très bien. Sans compter le toubib et l'interne , qui à tour de rôle venait me proposer la visite de la psy...  (j'avoues à ce jour, qu'il m'a fallu du temps pour comprendre pourquoi  un psy était nécessaire parfois...)

Fin d'après midi, je me sens énervé, sans savoir pourquoi... Fatigué sans pouvoir dormir... Dans un état assez étrange.  Je ressens comme une energie maximum, sans pouvoir ne rien faire. Affligeant !!!  Je m'apercois d'une chose, mon language ; je parle vite, très vite... Ce qui fait marrer les blouses blanches, sans que je sache pourquoi. Mais elles tentent de me rassurer en me disant que c'est logique... Mais tout est logique ici, sans que l'on sache vraiment pourquoi... !!!  

Le dîner se passe normalement. Enfin, quand je dis normalement, je veux dire que je ne mange rien, et ça se comprend... (pourquoi s'obstiner à aller dans des centres d'amaigrissement ? Venez à l'hôpital...)

Ce soir, affolement dans le service.J'entends le personnel élever la voix... Elles viennent à deux pour me demander si je serais d'accord pour changer de chambre, en m'expliquant qu'un malade doit être seul car il ne lui faut pas de contact avec les autres pour la nuit... Comme si je pouvais refuser !!! Bien sûr que je suis d'accord. Je propose même mon aide pour ce 'déménagement'. ! En plus, je suis en super forme. Installation donc, dans une grande chambre, sans personne non plus ! Et avec une télé qui bien sur, ne fonctionne pas !!! J'ai la haine ... Mais bon, je ne suis pas au Ritz non plus... (y avait plus de place au palace...)  Et je me dit que je vais bientôt sortir quand même. Encore une perf de prévue, et logiquement, on me libère.. Donc, j'ai fait le plus dur. (enfin, c'est ce que je pensais...)

Dans cette nouvelle chambrette, je tourne en rond. Donc, je décide d'aller me promener un peu. Je n'ais toujours pas sommeil, alors que je n'ais pratiquement pas dormi la nuit précédente. Je descend prendre l'air quelques temps. En fait, je ne vais faire que ça. En remontant, le service de nuit est attablé, en pause. (une pause qui dure longtemps chez eux...) Je m'installe avec elles et commence la discutte. Elles ont l'air interressées par mon cas. Je suis amusé de comprendre que mon dossier n'a pas de secret pour elles. Et j'apprend que mon état perturbe un peu, que mon cas serait différent... (pas rassurant à vrai dire.) Mais je ne sais pas pourquoi, je trouve le moyen d'en plaisanter. Durant cette nuit, je reviendrais très souvent m'installer en leur compagnie, sans qu'elles soient étonnées. Les heures passent, le sommeil ne vient pas. Toujours cette pêche d'enfer...

Il est à peu près 5h du matin quand j'arrive à m'endormir un peu. Pour me réveiller à 7h30 !  Et recommencer une journée, semblable à celle d'avant... ! Hormis le défilé du matin et la perf, je n'ais pas de traitement autre. Je suis toujours en super forme, si je pouvais, je ferais le marathon de New york !!! Mais voilà, ma jambe ne suit toujours pas. !

Pendant ma perf, le médecin chef passe me voir avec l'interne. Je leur explique mon inquiétude au sujet de mon insomnie. Logique, bien sûr... Pourquoi je demande aussi !!! Là, on m'annonce que je vais pouvoir rentrer lorsque l'injection sera terminée. Un petit traitement pour la forme me sera prescrit, prises de sang demandées en plus. Et je devrais revenir 4 semaines plus tard. Mais mon état va s'améliorer, je vais récuperer ma marche, et je devrais voir un changement radical m'affirme t on... Me voilà donc rassurer, remonter à bloc et prêt à faire pleins de choses. !! Bien sûr, ma jambe droite, je ne la sens presque pas, ma main glacée ne répond pas bien, mais peu importe vu que tout va s'arranger...

Une fois le liquide absorbé, on vient m'enlever l'appareil. Mais on viendra me retirer l'aiguille plus tard... Enfin, plus tard, c'est 1 heure après et parce que j'ai pratiquement gueulé...  Allez, c'est le retour...

Et le moment ou je vais devoir annoncer cette maladie, dont j'en rigole, à mon entourage, à mes filles, ma famille... Le moment ou parfois je serais le seul à ne rien comprendre, à perdre beaucoup aussi... Et le moment ou j'ai du remonter parfois le moral aux biens portants....

 

 

 

(Rassurez vous, c'est bientôt terminé...Courage !!)

 

 

 



10/09/2009
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres