Pour les personnes qui ne suivent pas actuellement un traitement contre la SEP

Sclérose en plaques

Pour les personnes qui ne suivent pas actuellement un traitement contre la SEP

Votre neurologue (un médecin qui se spécialise dans le traitement des affections qui touchent le système nerveux, comme la SEP) peut vous aider à trouver le traitement qui vous conviendra le mieux pour pouvoir vivre avec la SEP.

Les spécialistes de la SEP recommandent désormais que les personnes touchées par cette affection amorcent leur traitement par un médicament modificateur de l'affection aussitôt que possible après l'établissement du diagnostic de SEP.

Si le diagnostic de SEP vient d'être posé (ou si vous pensez souffrir de la SEP), si vous avez des questions à propos de la SEP, ou si vous songez à un traitement, consultez votre neurologue.

Ce Guide pour la discussion avec le médecin vous aidera à amorcer la conversation sur la SEP avec votre neurologue. Répondez aux questions dans les espaces réservés à cette fin, puisimprimez cette page et apportez-la au rendez-vous chez votre neurologue.

Je souffre de SEP, ou je crois en souffrir.

Le diagnostic de SEP a été posé. Date du diagnostic : ______________
Le diagnostic de SEP n'a pas été posé, mais je pense souffrir de SEP.

Mes symptômes sont :

de la faiblesse, un engourdissement, ou une sensation de « fourmillements »;
des problèmes d'équilibre ou de coordination des mouvements ;
des problèmes de mobilité (je me déplace avec peine) ;
des étourdissements ou du vertige ;
de la fatigue ;
de la difficulté à ordonner mes pensées, ou des problèmes de concentration ou de mémoire ;
des problèmes intestinaux (comme de la constipation ou de l'incontinence) ;
des problèmes de vessie (comme des émissions de l'urine fréquentes ou de l'incontinence) ;
une raideur musculaire, ou spasticité ;
des problèmes de la vue ;
de la douleur ;
un manque de désir sexuel ou des problèmes de performance.

Je voudrais en savoir davantage sur les traitements ci-après contre la SEP.

Les médicaments modificateurs de l'affection :

RebifMD (l'interféron bêta-1a),
TysabriMC (le natalizumab),
Avonex® (l'interféron, bêta-1a),
Betaseron® (l'interféron bêta-1b),
Copaxone® (l'acétate de glatiramère).

Les médicaments contre les récidives :

les corticostéroïdes (par ex. la méthylprednisolone [Solu-MedrolMC], la prednisone)
d'autres médicaments_____________________

Les autres médicaments :

______________________________________
______________________________________
______________________________________

J'ai quelques questions.

Des questions générales sur la SEP :

  1. Est-ce que je souffre vraiment de SEP, ou mes symptômes sont-ils causés par un autre trouble ?
  2. À quelle forme appartient ma SEP ?
  3. Comment la SEP évolue-t-elle ? Est-il possible de prédire comment mon affection va changer avec le temps ?
  4. Comment la SEP va-t-elle influer sur ma vie quotidienne ?
  5. Quels sont les résultats de l'évaluation de mes capacités fonctionnelles d'après l'échelle étendue d'incapacité de Kurtzke (EDSS) ?
  6. Avez-vous des petits conseils pour faire face à la SEP ? Est-ce que je pourrais apporter des changements à mon mode de vie qui m'aideraient à prendre en charge ma SEP ?
  7. Est-ce qu'il y a un endroit où je pourrais me rendre pour obtenir des renseignements supplémentaires et du soutien ?

Questions sur le traitement contre la SEP :

  1. Quelles options thérapeutiques pourraient me convenir ?
  2. Quels traitements modifient le cours naturel de l'affection ?
  3. Pourquoi les traitements contre la SEP se donnent-ils en injection ? Est-ce que les divers traitements médicamenteux contre la SEP s'administrent différemment ?
  4. Est-ce que certains médicaments contre la SEP sont plus faciles à employer que d'autres ?
  5. Quelle option thérapeutique me recommanderiez-vous et pourquoi ?
  6. Comment le traitement agit-il ?
  7. Comment et combien de fois faut-il employer ce traitement ?
  8. Quand le traitement commencera-t-il à agir, et pendant combien de temps ses effets se feront-ils sentir dans mon cas ?
  9. Quels sont les effets secondaires, et quelle serait la façon de les prendre en charge ?
  10. Combien de temps devrais-je suivre le traitement ?
  11. Est-ce que je devrais m'attendre à la survenue d'effets secondaires, et qu'est-ce que je devrais faire alors ?
  12. Est-ce que je devrais faire effectuer des examens de santé ou des analyses de sang durant le traitement ?
  13. Est-ce que certaines personnes devraient éviter de suivre ce traitement (par ex. des femmes enceintes ou qui allaitent ?
  14. Autre question : ________________________________
  15. Autre question : ________________________________

Je choisirais de préférence un traitement qui :

(cochez toutes les cases qui conviennent)

diminue, comme prouvé en clinique, le nombre de récidives et leur gravité ;
ralentit, comme prouvé en clinique, l'évolution de la déficience ;
réduit, comme prouvé en clinique, le nombre et la taille des lésions cérébrales actives visibles en IRM ;
peut aider à prévenir l'apparition ou l'aggravation d'un dysfonctionnement cognitif (de la difficulté à ordonner les pensées et des problèmes de mémoire) ;
est donné en injections moins douloureuses ;
est susceptible de causer moins d'enflure ou de rougeur au lieu d'injection.



source :  http://santecheznous.com



20/03/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres