Paralysie faciale

Paralysie faciale




Définition


La paralysie faciale est la paralysie des muscles qui sont innervés par le nerf facial, appelé également septième paire crânienne.

Pour comprendre le processus de la paralysie faciale il est nécessaire d'avoir quelques notions d'anatomie du septième nerf crânien. Le septième nerf crânien innerve l'ensemble des muscles qui interviennent dans l'expression du visage. Le contingent sensitif est réduit, il s'agit du nerf intermédiaire de Wrisberg qui véhicule la sensibilité du goût des deux tiers antérieurs de la langue est sans doute la sensibilité de la peau de la paroi avant du conduit auditif externe. Le noyau moteur du nerf facial siège en avant et en dehors du noyau du nerf abducens (VI) après avoir quitté le pont, le nerf facial pénètre à l'intérieur du méat acoustique interne. Il est accompagné du nerf vestibulo-cochléaire. Ensuite il poursuit son parcours à l'intérieur de son canal personnel (propre à lui) qui porte le nom de canal facial. Il quitte par la suite le crâne en utilisant le foramen stylomastoïdien et traverse ensuite une glande salivaire : la parotide puis se divise pour innerver les muscles du visage.

N'importe quelle interruption totale du nerf facial, au niveau du foramen stylomastoïdien, entraîne l'apparition une paralysie de l'ensemble des muscles de la mimique.
On constate alors un affaissement de la commissure labiale (coin de la bouche) et un effacement des plis cutanés. À cela s'ajoute une disparition des rides du front et une absence de fermeture des paupières.
Quand le patient tente de fermer les paupières il est possible d'observer, du côté paralysés, une ascension du globe oculaire, il s'agit du signe de Charles Bell.
On constate d'autre part que la paupière inférieure s'affaisse et que le point lacrymal s'éloigne de la conjonctive. Ceci aboutit au fait que les larmes se mettent à s'écouler sur la joue.
Certains patients ont également une accumulation de résidus alimentaires entre les dents et les lèvres . La salive s'écoule également par la commissure labiale. Enfin les patients, plus souvent, se plaignent d'une lourdeur ou d'un engourdissement du visage qui ne va pas jusqu'à l'hypoesthésie c'est-à-dire l'absence de perception quand on palpe le visage. Enfin précisons que le goût ne disparaît pas.
La paralysie faciale centrale s'observe à la suite de lésions vasculaires cérébrales. Elle est le plus souvent associée à une hémiplégie, c'est-à-dire une paralysie de la moitié du corps.

La paralysie faciale est le résultat de l'interruption des fibres qui relient le cortex moteur (partie du cerveau donnant des ordres pour effectuer des mouvements) et le noyau (îlot de substance grise noyé dans la substance blanche du cerveau) du nerf facial.

La paralysie faciale concerne la moitié du visage opposée à celle où siège la lésion nerveuse. Elle prédomine essentiellement dans la partie inférieure du visage. Autrement dit, la paralysie faciale ne concerne pas les paupières et le front.

La paralysie faciale se caractérise par une dissociation automatique. Autrement dit, elle se voit essentiellement quand on demande au patient d'effectuer un mouvement (motricité volontaire). Lors des mouvements automatiques et lors des réflexes, il n'y a pas de perturbations.

Le traitement de la paralysie faciale est celui de la cause. Ainsi, en cas de survenue d'accident vasculaire cérébral, il est nécessaire d'administrer des anticoagulants, essentiellement en cas d'embolie.


La paralysie faciale périphérique, appelée également paralysie de Bell, est susceptible d'avoir de nombreuses causes. Les plus fréquentes sont de nature infectieuse et plus particulièrement due à une infection par le zona qui touche le ganglion géniculé. Le ganglion géniculé est situé sur le trajet du nerf facial. Les autres causes sont l'otite moyenne aiguë, la polyradiculonévrite, la fracture du rocher, une tumeur de l'angle ponto-cérébelleux, un ramollissement cérébral lié à une cause vasculaire concernant la partie moyenne du tronc cérébral.

La paralysie faciale périphérique est le résultat d'une altération du noyau gris central à l'origine du nerf facial. Il peut s'agir également d'une altération des racines du nerf ou du tronc nerveux innervant la moitié du visage concernée par les lésions nerveuses.

Le patient atteint de paralysie faciale de Bell présente une asymétrie de la face (du visage) quand il est au repos. À l'examen, on constate que ses traits déviés du côté non atteint, c'est-à-dire du côté sain.
Par contre, du côté atteint, la face est sans expression (atone). D'autre part, la commissure labiale (le coin des lèvres) est abaissé.

Le reste de l'examen du visage montre un sillon nasogénien (entre le nez et la joue) moins profond (moins prononcé) et les lèvres sont plus largement ouvertes. Enfin, les rides du front sont plus basses.

Chez certains patients, on constate parallèlement une diminution de la quantité de salive qui est fabriquée (sécrétée). Il peut en être également de même en ce qui concerne les glandes lacrymales du côté lésé.

La paralysie faciale a frigore constitue une forme bénigne de paralysie faciale. Il s'agit de la plus fréquente des paralysies faciales, elle est bénigne et récidive très rarement. Ce type de paralysie faciale périphérique apparaît brutalement, généralement à la suite d'une exposition à une atmosphère froide (vitres ouvert de la voiture). Le plus souvent, la paralysie faciale a frigore s'accompagne de douleurs apparaissant derrière le pavillon de l'oreille, au niveau de la mastoïde. Généralement, ces douleurs précèdent l'apparition de ce type de paralysie.

Le traitement de la paralysie faciale périphérique consiste en des séances de rééducation par un kinésithérapeute.

Quand la paralysie faciale périphérique est partielle, l'amélioration se fait spontanément et il ne persiste aucune trace.

À l'opposé, quand la paralysie faciale périphérique est complète, il est nécessaire d'introduire un traitement contenant de la cortisone (corticostéroïdes). Néanmoins, chez 1 patient sur 2, il persiste des séquelles plus ou moins gênantes. Il s'agit principalement de l'apparition d'un syndrome des larmes de crocodile (c'est-à-dire de l'émission incontrôlée de larmes) et d'un hémispasme du visage.


Symptômes
En cas de paralysie faciale périphérique, les muscles de la moitié du visage sont relâchés et la commissure labiale (le coin de la bouche) est abaissé du côté de la lésion. D'autre part, la paupière ne peut plus se fermer et l'espace entre les paupières (fente palpébrale) est plus important que la normale. On parle dans ce cas de logophtalmie.

Du côté atteint du visage, un signe caractéristique de paralysie faciale périphérique est la persistance de l'élévation de la paupière, qui est innervée par le troisième nerf crânien (ou troisième paire crânienne).

Au cours de la paralysie faciale de Bell, quand le malade essaie d'abaisser sa paupière supérieure paralysée, son oeil se tourne involontairement en haut et en dehors. Il s'agit du signe de Bell.

Une autre caractéristique de la paralysie faciale périphérique sont les troubles de la mastication qui se caractérisent par le positionnement des aliments qui vont se loger entre les gencives et la joue alors que la salive et les larmes coulent. On parle d'ailleurs pour cela de larmes de crocodile.


Source http://www.vulgaris-medical.com



10/09/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres