Nouveau cas de LEMP dû au Natalizumab

Nouveau cas de LEMP dû au Natalizumab


"Le patient est atteint de sclérose en plaques depuis 2001 et était déjà sous thérapie médicamenteuse modi-fiant la maladie, y compris le Glatirameracetat et l’Interferon-Beta.
 
Dans le cadre du Programme obligatoire TOUCH des États-Unis, le patient a reçu depuis août 2007 au total 14 injections de Tysabri® . Une étroite surveillance clinique a décelé rapidement chez ce patient des symptômes d’une probable LEMP. Il a été procédé à un IRM et à une analyse du liquide céphalorachidien. La prise du Tysabri® a été interrompue, le plasma a été échangé et de la méfloquine a été prescrite. La surprenante découverte de l’IRM et la preuve de l’ADN du virus JC ont été signalées au fabriquant le 29 octobre 2008, et une LEMP a été confirmée.

Le 30 octobre 2008, il nous a été communiqué que ce patient est chez lui et continue d’être suivi par son médecin.

La LEMP est mentionnée dans la notice de médicament comme effet secondaire possible d’une thérapie par le Natalizumab. Des campagnes de formation et d’information dans le cadre de la gestion des risques ont été pratiquées pour amener les médecins traitants à exercer une plus grande attention sur ce qui est, et a été décisif pour le pronostic du patient. En plus, nous recommandons une haute vigilance en ce qui concerne les signes cliniques d’une LEMP. Si des signes ou symptômes apparaissent, lesquels laisseraient supposer une LEMP, il est indiqué de prendre de plus amples mesures pour le diagnostic, conformément à l’algorithme connu.

A fin septembre 2008, plus de 35'500 patients dans le monde entier ont été traités avec le Tysabri®. 18'000 patients l’ont pris pendant une année et 9'500 pendant 18 mois et plus."

Source: Information écrite de Biogen-Dompé SA à la Société suisse de la sclérose en plaques

 source   :


11/11/2008
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 103 autres membres