MAREUIL-CAUBERT


Service Offert par Mairie.biz : Mairie de Mareuil-Caubert



                                                                        

Commune de MAREUIL-CAUBERT

****

Note de présentation

****


HISTORIQUE

 

I.                    SITUATION

C'est en 1827 que la commune de MAREUIL-CAUBERT fut fondée, à la suite de la fusion entre ces deux communes voisines.

Située à environ 4 km au sud d'Abbeville, elle s'étend sur une superficie de 908 ha et sur une longueur de 3 km pour la voie routière principale.

En 1995, on y compte 967 habitants (dont 30 % ont moins de 19 ans) ; le dernier recensement dénombre 1 023 habitants.



II.                 LE PAYSAGE

Le principal caractère du village est qu'il est bordé de nombreux étangs, tels que l'étang de Caubert, l'étang des Quarante, l'étang de la Lourdequeue… ainsi que le marais communal et le marais du Vivier, d'une richesse écologique hors du commun, qui fait de MAREUIL-CAUBERT l'un des plus beaux sites aquatiques d'Europe de l'Ouest.

L'environnement permet de développer les activités traditionnelles comme la pêche et la chasse. Ainsi, l'on dénombre 110 huttes sur le territoire, dont 19 sont communales. 

Le côté opposé du village est très boisé de chaque versant de la vallée ; le tout est dominé par les Monts Caubert, dont l'altitude atteint 83 mètres.

 

 

 

III.               L'HISTOIRE DE MAREUIL-CAUBERT

Des événements comme les combats de mai-juin 1940 restent dans la mémoire de nos aïeux.

De nombreux sites, tels que l'église Saint-Christophe et la chapelle Sainte-Marguerite (12ème siècle), le château et ses souterrains, le manoir ainsi que le Camp César retracent les faits vécus par le village.


 

IV.              LE PRESENT

A MAREUIL-CAUBERT, la vie est très appréciée des touristes, qui viennent en masse à chaque période estivale au camping municipal afin de découvrir, voire redécouvrir, les lieux ou pratiquer la pêche.

Les activités sont diverses et variées, grâce au nombre important d'associations :

-         Club des Aînés ;

-         Association des Sauvaginiers ;

-         Amicale des Chasseurs ;

-         Anciens combattants / Soldats de FRANCE ;

-         Foyer Laïque (football, tennis, tennis de table…) ;

-         Club de Gymnastique ;

-         Club de peinture sur soie,

ce qui permet d'exploiter les nombreux équipements de la Commune : salle polyvalente, terrain de football, boulodrome…

Le commerce est également très développé, avec un restaurant, un café-tabac-épicerie-journaux, un maraîcher, une discothèque, une pharmacie, une infirmière à domicile, ainsi que divers artisans (électricien, plombier, ébéniste, miroitier, chauffagiste).

En avril 2001, la Commune a subi une inondation exceptionnelle ; 172 maisons ont été touchées (de la cave jusqu'à plus d'1 m d'eau). 141 personnes ont été obligées de quitter leur habitation.

 

MAREUIL-CAUBERT


 

Une histoire riche :

 

MAREUIL :

 

Marolo : marais

Marele : le village dans la lagune.

 

CAUBERT :

 

Chaux – craie.

 

-         Préhistoire (rayon du couloir, le Puchot) ;

-         Oppidum gaulois et Camp César sur les Monts Caubert ;

-         350 : général romain Maximus qui débarque à Caubert ;

-         Cimetière mérovingien 511 (à la place actuelle) ;

-         Château-fort 883 ;

-         Eglise Saint-Christophe 1096 – chapelle Sainte-Marguerite XIIIème siècle ;

-         Manoir du XIXème siècle ;

-         1346 : Edouard sur les Monts Caubert avant Crécy ;

-         1463 : Louis XI au château ;

-         1464 : la reine de France, Charlotte de Savoie ;

-         1600 : Henri IV ;

-         1784 : Etats généraux (cahier de doléances) ;

-         1820 : route royale 3ème classe à Caubert ;

-         1866 : 1 069 habitants ;

-         1871 : les Prussiens dans le village ;

-         1914/1918 : croix des Monts Caubert ;

-         1940 : combats de Charles de Gaulle, le 22ème RIC et les écossais du 51ème ;

-         03/09/1944 : libération par les Polonais et les Canadiens.


MAREUIL-CAUBERT

Mareuil : marais

Caubert : craie

Moitié dans l'eau – moitié sur les coteaux

1 023 habitants – en été, plus de 2 000.

- un camping 2 étoiles : 8 000 campeurs, dont 2 500 anglais

                                                                                  2 500 hollandais


-         commerces :

à un maraîcher ;

à un restaurant (l'Auberge du Colvert) ;

-         une économie développée :

à un ébéniste ;

à un couvreur ;

à un miroitier ;

à un garagiste ;

une discothèque ;


à un chauffagiste-plombier ;

à un café-tabac-épicerie ;



location pêche

 

à une infirmière à domicile ;

une pharmacie.


à 3 agriculteurs.

-         une infrastructure moderne :

à un groupe scolaire neuf de 5 classes ;

 

à une salle polyvalente avec salle de banquet et cuisine ;


à une mairie informatisée ;

 

à une bibliothèque municipale ;

  

à un centre de loisirs – une ludothèque ;


à trois églises (Saint-Christophe – Sainte-Marguerite – église de Caubert) ;


à un musée de la tourbe ;

à un camping 2 étoiles ;

 

à deux stades ;


à des ateliers municipaux avec leurs équipements ;

à deux cimetières et un columbarium ;


-         une vie associative très active et de nombreuses manifestations :

à Anciens Combattants ;

à Club des Aînés (brocante – bourse aux jouets – salon des Arts) ;

à Amis du Cyclisme ;

à Judo Club ;

à Sauvaginiers ;

à Société de chasse en plaine ;

à Foyer Laïque (football club – marche) ;

à Club de Peinture sur soie ;

à Comité d'Animation (fête locale – 14 juillet – défilés) ;

à fête des écoles.

 

-         Des marais et étangs de très grandes valeurs floristiques et faunistiques ; un pays de chasse, de pêche et de traditions.



 

Mareuil-Caubert, c'est aussi :

-         une nature exceptionnelle :

à tourbières ;

à étangs ;

à marais (400 hectares) ;

à sources ;

à rivières ;

-         des métiers de tradition :

à tourbier ;

à vacher ;

à chasseur de grenouilles ;

à tacheur d'anguilles ;

à maraîcher ;

à faucardeur ;

à élagueur ;

à faneur ;

à piégeur de rats musqués.

L'HISTOIRE DU CHATEAU DE MAREUIL
 

L'existence du village de Mareuil semble établie dès le VIIIè siècle avant l'invasion de notre région, à la fin du IXème siècle, par les pillards du Nord, les Normands, qui ravagèrent toute la côte en 879 pour revenir dans l'hiver 881, puis en 883 et 884.

Cette insécurité permanente a-t-elle été à l'origine d'une défense, d'abord rudimentaire, organisée par un petit seigneur local ? Une étude plus poussée permettrait peut-être d'étayer cette hypothèse.

Le prieuré Saint-Christophe fut fondé à la fin du XIème siècle, vers 1096, par Henry Boutery, de la noble famille de Mareuil, et dont on trouve le nom orthographié également Bouteris et Boutry.

Il est fait mention du plus ancien château «domus de Marolio» en 1105. A la fin de ce XIIème siècle, le seigneur s'appelait Hugus Boutery. Il assista à la deuxième croisade vers 1188. Avant de partir pour Jérusalem, il avait fait donation de ses biens à son fils Hugues, qui confirma cet acte en 1199.

Quinze ans plus tard, le 27 juillet 1214, celui-ci, qui était le vassal du comte Guillaume de Ponthieu, va combattre sous ses ordres, avec la milice communale d'Abeille et beaucoup d'autres Picards, à la bataille de Bouvines sur l'aile droite, le roi de France Philippe-Auguste se tenant au centre, contre l'empereur d'Allemagne Otto IV et ses alliés, le roi d'Angleterre et le comte de Flandre. Selon certains historiens, il aurait même aidé le roi de France à se remettre en selle après que celui-ci eût été jeté à bas de son cheval.

A la fin de ce XIIIème siècle, au mois d'octobre 1283, Esteule de Querrieu, marié depuis 1270 avec une demoiselle Boutery, seigneur de Mareuil, confirma les limites de la banlieue d'Abbeville qui avaient été définies dans la charte communale que le comte Jean II De Ponthieu avait octroyée à Abbeville, un siècle auparavant, en 1184.

Dès les premières années de ce XIVème siècle, le domaine de Mareuil passa dans la famille des Tyrel de Poix pour y rester pendant plus d'un siècle.

En 1326, de passage à Abbeville, Isabelle de France, fille de Philippe le Bel et femme d'Edouard II, roi d'Angleterre, engagea des seigneurs dont celui de Mareuil, à se joindre à elle pour détrôner son mari. Ils s'embarquèrent au Crotoy avec 500 hommes, et se dirigèrent vers la Hollande où le comte Guillaume leur prêta des vaisseaux et 3 000 soldats. En 1346, peu avant la bataille de Crécy où mourut Jean Tyrel Ier, seigneur de Poix et de Mareuil, le village fut détruit par les troupes d'Edouard III, roi d'Angleterre.

Jean Tyrel II participa à la bataille de Poitiers en 1356, au cours de laquelle le roi de France Jean le Bon fut battu et fait prisonnier par les Anglais.

En 1361, le château fut détruit par les Abbevillois, qui craignaient que les ennemis de Jean le Bon, c'est-à-dire les partisans de Charles le Mauvais, roi de Navarre, et les Anglais ne s'y installent. Il fut cependant rebâti presque aussitôt.

En 1371, Agnès de Séchelles, veuve de Jean Tyrel II, y gardait en captivité Simon de Purleigh, un chevalier anglais, tandis que son deuxième mari, Hugues de Châtillon-Dampierre, maître des arbalétriers, était prisonnier en Angleterre, d'où il réussit à s'échapper quelques mois plus tard.

Au début de ce XVème siècle, la bataille d'Azincourt vit la défaite des armées françaises face aux troupes anglaises d'Henry V. Jean Tyrel V, conseiller et chambellan du roi Charles VI, y trouva la mort.

Deux ans plus tard, Philippe Tyrel étant mort à 12 ans sans postérité, ce fut sa tante qui hérita du domaine de Mareuil.

En 1421, Jacques d'Harcourt, gouverneur du Crotoy, aidé d'autres Picards dont Rambures, s'empara du château, occupé par les Anglo-Bourguignons, après un combat meurtrier qui leur coûta plus de 150 hommes. A la fin juillet de la même année, il fut repris par le duc de Bourgogne, Philippe le Bon, qui le fit brûler et y installa Jean de Vaudricourt comme capitaine. Peu après, Jean de Caumont s'en empara par ruse mais il l'évacua après l'avoir démantelé, car il avait appris l'arrivée du roi d'Angleterre. Il fut tué avec Jacques d'Harcourt en 1423 lors de l'attaque du château de Beauvais par le seigneur de Parthenay.

Marguerite Tyrel de Poix s'étant mariée avec Thibaut de Soissons-Moreuil, Mareuil passa dans cette maison en 1428. Leur petit-fils, Jean de Soissons-Moreuil, fut chambellan du roi Charles VII, puis de Louis XI. Il était aussi capitaine d'Abbeville, et c'est sans doute pourquoi au mois de janvier 1464 la reine de France, Charlotte de Savoie, femme de Louis XI, arriva à Mareuil. Les échevins d'Abbeville s'empressèrent d'envoyer des matelas et des couvertures au château. Elle partit le lendemain de son arrivée, vers Amiens en passant par Flixecourt, portée en litière par deux haquenées blanches parce qu'elle était enceinte de Jeanne de France.

A la fin de ce XVème siècle, le seigneur Jean II de Soissons-Moreuil demeurait le plus souvent dans son château de Poix ou dans celui de Moreuil, mais il venait parfois passer quelques jours à Mareuil. Il faisait alors venir de Poix des lits et des couvertures qui étaient reportés après son départ. Parmi les droits singuliers qu'il possédait encore, on peut noter celui qui l'autorisait à se faire ouvrir la Portelette d'Abbeville quand il le voulait, celui de pouvoir choisir avant tout le monde un lot de poissons sur le marché d'Abbeville, et celui de pouvoir traverser une fois par an la salle des gardes du château d'Huppy, accompagné de sa suite et de ses chiens. On relève également que l'un de ses tenanciers devait lui remettre chaque année à la Saint-Christophe, « une douzaine d'estoeufs blancs », c'est-à-dire des petites balles servant au jeu de tamis, ce qui montre l'ancienneté de certains sports picards que l'on essaie de remettre à l'honneur aujourd'hui.

Au XVIème siècle, la seigneurie passa dans la maison de Créquy par suite du mariage de Jossine de Soissons-Moreuil avec Jean de Créquy, gouverneur de Montreuil.

Antoine de Créquy, évêque d'Amiens depuis 1561 et bientôt cardinal, fit rebâtir le château en 1564. Il n'en profita pas longtemps, car il mourut de la gravelle 10 ans plus tard, à l'âge de 43 ans. On peut encore voir actuellement sur certaines pierres un A et un V entrelacés et en relief signifiant « Vive Antoine ». Il avait légué son domaine à son neveu Antoine de Blanchefort-Créquy, qui le vendit au début du XVIIème siècle à Nicolas Rouault, marquis de Gamaches, gentilhomme de la Chambre du roi et capitaine de 50 hommes d'armes.

Mareuil resta dans cette famille jusqu'au 5 janvier 1694, date à laquelle Claude-Jean-Baptiste-Hyacinthe Rouault le vendit à Jean-Baptiste de Villepaux, maréchal de bataille des armées du roi Louis XIV et gouverneur d'Hesdin.

Dans la seconde moitié du XVIIIème siècle, le propriétaire était le marquis de Lameth. Une grande partie de l'ancienne forteresse fut détruite en 1777 par un incendie. Le marquis de Lameth vendit Mareuil en 1787 en plusieurs lots à Messieurs Michault de Haberville, Garbe, Antoine Michault, Aliamet et Aliamet-Martel. Un autre partage des terres en quatre lots eut lieu semble-t-il en 1790 entre Messieurs Garbe, Rousselin, de Condé et Aliamet.

Le 26 septembre 1793, le comte de Mailly d'Haucourt, maréchal de France, gouverneur d'Abbeville, qui avait défendu les Tuileries le 10 août 1792, fut arrêté à Mareuil et transféré à Arras, où il fut guillotiné le 25 mars 1794.

Un dessin de M. de Saint-Amand représentant le château en 1796 permet de constater qu'il possédait toujours son pavillon d'entrée avec les rainures permettant le passage du pont-levis qui protégeait la porte en arc brisé. A gauche de l'entrée, on voit la fenêtre de la chapelle, les bâtiments possédant encore un étage avec des pignons à pas de moineaux que l'on rencontre surtout en Flandre. La vieille tour ronde n'était pas encore couverte.

En 1853, Paul Augustin Aliamet vendit le château à Hector Cornet. Il entra dans la succession de sa petite-fille, Jane Riquier, en 1878. Celle-ci le vendit en 1900 à Valéry Lecomte.

Une petite-fille de M. Rousselin, Madame De Venel, s'étant mariée avec M. Charles Bioche, professeur de



11/09/2008
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 103 autres membres