L'AFFAIRE DE L'ENGERIX B OU L'AFFAIRE D'UN CALENDRIER VACCINAL DEMENTIEL ?

L'ENGERIX B

L'AFFAIRE DE L'ENGERIX B OU L'AFFAIRE D'UN CALENDRIER VACCINAL DEMENTIEL ?

L'étude du Pr Tardieu aurait mis en évidence l'interaction entre la vaccination hépatite B et d'autres vaccinations dans l'apparition de la sclérose en plaques.

On comprend mieux le tir de barrage ! voir toute l'affaire ici

Selon les données communiquées par le résumé de la commission de pharmacovigilance l'étude portait sur 349 enfants disposant de leur carnet de vaccination et ayant eu une affection démyélinisante du système nerveux centrale. Ils ont été suivis entre 1994 et 2003. En retenant parmi ceux-ci seulement les enfants qui avaient respecté le calendrier vaccinal, il y avait 163 cas d'affections démyélinisantes dont 72 SEP, le délai retenu étant supérieur à 3 ans. Pour ceux qui avaient reçu le vaccin Engérix B le risque moyen d'affections démyélinisantes a été évalué à 1,74 et à 2,77 pour les SEP.

Nous constatons que l'une des caractéristiques des enfants du fameux sous-groupe n'était pas seulement qu'ils avaient été vaccinés par l'Engerix B mais qu'ils avaient aussi reçu tous les autres vaccins recommandés à l'époque de leur vaccination, donc en particulier le BCG, le ROR et le tétracoq. Cette caractéristique du fameux sous-groupe a provoqué le commentaire suivant de la part de la commission de pharmacovigilance :

« une augmentation du risque dans le sous-groupe observant aux recommandations vaccinales ne trouve pas d’explication très plausible sur le plan médical. Elle pourrait suggérer une interaction entre la vaccination VHB et les autres vaccinations ce qui n’est pas en accord avec les connaissances scientifiques actuelles »

Or, selon ce qui avait été initialement transmis par les médias à la suite de la conférence de presse de Daniel Floret le 25 septembre, le risque de 2,77 pour les SEP ainsi que le respect du calendrier vaccinal, donnée tout à fait capitale, avaient été passés sous silence sans que l'on puisse en toute rigueur savoir si le président du CTV avait ou non donné ces informations à la presse, le plus vraisemblable me paraissant être qu'il ne l'avait pas fait.

On comprend mieux ainsi les très vives réactions du président du CTV : ce constat pourrait faire remettre en cause le calendrier vaccinal démentiel proposé pour les enfants. D'où la levée de bouclier, plus faite pour protéger le calendrier vaccinal que le seul vaccin de GSK.

Selon certains témoignages de patients et de médecins, des malades atteints de SEP ont été très significativement améliorés non seulement par de hautes dilutions homéopathiques du vaccin hépatite B  mais aussi du BCG, ce qui peut faire penser que faire un vaccin hépatite B après avoir reçu un BCG pourrait favoriser l'apparition d'une SEP chez certains sujets ayant par exemple une HLA favorisante (B7 DR 2  par exemple). Cela pourrait être une partie de l'explication de cette explosion de SEP jugée très franco-française, le BCG étant pratiqué même sur des adultes et en particulier le personnel soignant alors que cette pratique n'est plus recommandée depuis longtemps par l'OMS et que ce vaccin n'est plus utilisé, ou peu utilisé, depuis longtemps par beaucoup de nos voisins.

source:
http://actionsantelibertes.blogspirit.com/archive/2008/10/10/l-engerix-b.html



11/10/2008
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres