Faille majeure dans un traitement contre la sclérose en plaques

Faille majeure dans un traitement contre la sclérose en plaques

 

 

EDMONTON – Des chercheurs de l’Université d’Alberta ont découvert une faille majeure dans un traitement potentiel contre la sclérose en plaques.

Ils ont en effet constaté que les cellules T ou cellules thymodépendantes, c’est-à-dire une forme de globules blancs qui protègent l’organisme contre les infections, peuvent s’attaquer et détruire les neurones du cerveau.

Cette découverte va plonger dans l’embarras les chercheurs qui voulaient miser sur les cellules T afin de développer un traitement contre la sclérose en plaques et d’autres maladies auto-immunes. Ils se basaient sur les résultats positifs de tests effectués sur des animaux de laboratoire avec des cellules T.

«Toutefois, lorsqu’elles sont activées, ces cellules peuvent tuer. Du moins, c’est ce qui s’est produit dans le cadre de nos propres expérimentations», explique Fabrizio Giuliani, coauteur de l’étude, qui ajoute que d’autres recherches devront être réalisées avant de commencer à utiliser ces cellules pour traiter la sclérose en plaques.

La sclérose en plaques est une maladie complexe et imprévisible, qui affecte la vue, l’ouïe, la mémoire, l’équilibre et la mobilité. Bien qu’elle soit le plus souvent diagnostiquée chez les jeunes adultes de 15 à 40 ans, elle peut aussi toucher les enfants, dont certains aussi jeunes que trois ans. Chaque jour, trois nouveaux cas de sclérose en plaques sont diagnostiqués au Canada. Les femmes sont trois fois plus à risque que les hommes.

source:  http://sante.canoe.com



12/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 101 autres membres