ENDOXAN 500 mg Poudre pour solution injectable Boîte de 1 Flacon + ampoule de solvant de 25 ml

ENDOXAN 500 mg Poudre pour solution injectable Boîte de 1 Flacon + ampoule de solvant de 25 ml
Classe thérapeutique : 
Cancérologie et hématologie
Principes actifs : 
Cyclophosphamide
Statut : 
retiré de la vente le 25/04/2006
Laboratoire : 
Baxter

Sommaire


Précautions d'emploi

MISES EN GARDE :
- Les patient des deux sexes en période d'activité génitale doivent suivre une contraception efficace.
- La prudence est recommandée en cas d'insuffisance hépatique ou rénale préexistante qui devra, si besoin, être corrigée avant le début du traitement, ou pourra nécessiter une réduction de dose.
- Avant de débuter le traitement, il est nécessaire de contrôler les infections éventuelles et de corriger les troubles électrolytiques importants.
- Pendant le transport et le stockage d'Endoxan, il peut éventuellement se produire une liquéfaction du produit en raison d'une température trop élevée.
Il est facile de distinguer visuellement le flacons qui ont subi une telle altération : le cyclophosphamide liquéfié apparaît comme un liquide visqueux, incolore ou jaunâtre (habituellement sous forme de gouttelettes ou d'une phase continue). Ne pas utiliser de flacons présentant une telle altération.
PRECAUTIONS D'EMPLOI :
- Une surveillance régulière de l'hémogramme est nécessaire pendant toute la durée du traitement (avant chaque cycle).
- L'utilisation du cyclophosphamide peut nécessiter une adaptation de la posologie ou une variation de l'espacement des cycles chez les patients présentant un diabète insipide, une leucopénie, une thrombopénie ou une infiltration cellulaire tumorale de la moelle osseuse.
- Lors de l'utilisation prolongée ou de l'utilisation de fortes doses du médicament ou chez les patients à risque (radiothérapie antérieure du petit bassin, toxicité thérapeutique vésicale antérieure), il est recommandé d'assurer une hydratation abondante et d'associer la prise d'Urometixan pour prévenir les risques de cystite hémorragique (voir posologie et mode d'administration). Il convient également de s'assurer que la diurèse du patient est bonne et de pratiquer si nécessaire des recherches d'hématuries microscopiques.
- L'alopécie peut parfois être prévenue par la mise en place d'un garrot pneumatique à la racine des cheveux lors du traitement ou par celle d'un casque réfrigérant.
- Associations nécessitant des précautions d'emploi : anticoagulants oraux, phénytoïne (en cas de traitement antérieur à la chimiothérapie).




Posologie

Posologie :
La posologie du cyclophosphamide est fonction de l'indication thérapeutique (traitement antitumoral ou immunodépresseur, type et localisation de la tumeur, traitement initial ou d'entretien) et de la place du médicament dans le traitement entrepris (utilisé seul ou en association avec d'autres médicaments cytostatiques). Elle est individuelle et doit tenir compte de l'état clinique et hématologique du patient (voir précautions d'emploi).
Le cyclophosphamide injectable est habituellement utilisé à des doses moyennes de 150 à 1200 mg/m² chez l'enfant et de 500 à 4000 mg/m² chez l'adulte, toutes les 3 à 4 semaines, administrées :
- sur 1 à 3 jours à chaque cycle,
- en deux injections à 7 jours d'intervalle.
Mode d'administration :
Afin de préparer une solution isotonique prête à l'emploi, la poudre doit être dissoute dans une solution de chlorure de sodium à 0,9% à raison de 50 ml pour 1 g. En cas de besoin, elle peut également être dissoute dans une solution de Ringer ou du sérum glucosé. La solution reconstituée ne doit pas être conservée au-delà de 48 heures et ne doit pas dépasser une concentration de 2%.
La voie d'administration habituelle est la voie veineuse en perfusion courte (30 minutes à 2 heures). La perfusion sur 24 heures est également possible. Le médicament préalablement reconstitué dans une solution de chlorure de sodium à 0,9% est introduit dans le liquide de perfusion (solution injectable isotonique de glucose ou de chlorure de sodium).
Il est recommandé d'associer l'administration d'Uromitexan à partir de 600 mg/m²/j et/ou d'assurer une hydratation suffisante.
Dans certains cas (capital veineux altéré), la voie IM peut être utilisée sans dépasser la dose de 500 mg par injection pour des raisons de volume. La dissolution dans du chlorure de sodium à 0,9% permet d'obtenir une solution isotonique.
D'autres voies peuvent être utilisées comme la voie intra-artérielle.


Grossesse et allaitement

Le cyclophosphamide est contre-indiqué.


Comment ça marche ?

La molécule initiale est une prodrogue inactive. Elle est hydroxylée dans le foie par les microsomes hépatiques aboutissant essentiellement à la formation du 4-hydroxycyclophosphamide et à son tautomère l'aldo-cyclophosphamide puis à la moutarde phosphoramide (métabolite actif) et à l'acroléine (métabolite urotoxique).
Une voie métabolique accessoire conduit à une quantité négligeable des métabolites déchloréthylés.
Le temps moyen de demi-vie plasmatique du cyclophosphamide varie de 4 à 7 heures : il est plus court chez l'enfant (4 heures) que chez l'adulte (7 heures en moyenne).
Sous forme inchangée, il n'est pas lié de façon significative aux protéines plasmatiques (12 à 14%) alors que ses métabolites le sont davantage (52 à 60%).
La barrière hémato-encéphalique est facilement traversée par le cyclophosphamide et un peu moins par ses métabolites (20%) ce qui explique son intérêt dans le traitement de certaines tumeurs cérébrales. Son élimination à l'état inchangé ainsi que celle de ses métabolites est essentiellement


05/12/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres