Douleur et qualité de vie aux stades précoces de la maladie après l’annonce du diagnostic de SEP

Douleur et qualité de vie aux stades précoces de la maladie après l'annonce du diagnostic de SEP : une étude sur 2 ans. (10/04/2009)

Douleur et qualité de vie aux stades précoces de la maladie après l'annonce du diagnostic de SEP : une étude sur 2 ans.  
B. Brochet et collaborateurs, France.
Clin J Pain, Mars-Avril 2009.
La douleur est un symptôme fréquent au cours de la Sclérose en Plaques (SEP), mais sa fréquence et son impact sur la vie quotidienne dès les 1ers  stades de la maladie restent inconnus.
L'objectif principal de cette étude était d'établir la prévalence (pourcentage de personnes souffrant de ce symptôme à un moment donné) et la sévérité de la douleur chez des patients récemment diagnostiqués SEP et de déterminer l'évolution de celle-ci 2 ans après. D'autres objectifs tels que la détermination de l'existence des facteurs prédictifs de la douleur et l'impact de celle-ci sur al qualité de vie des patients ont également été analysés. Soixante-neuf patients diagnostiqués depuis moins de 6 mois ont été inclus dans l'étude (58 avec une forme rémittente et 11 avec une forme progressive primaire). Trente pourcent (30%) des patients étaient sous traitement avant le début de l'étude, 87% après 1 an et 92% après 2 ans. La présence et l'intensité de la douleur ont été évaluées à l'aide d'un questionnaire et d'un examen neurologique établi à chaque visite (0, 1 an, 2 ans).
Les résultats montrent que la douleur est ressentie par 73.5% des patients au début de l'étude, 70.6% d'entre eux après 1 an et 61.8% après 2 ans. Une douleur clinique significative a été établie chez 63.2% des patients au début de l'étude puis chez 51.5% et 45.6% après 1 an et 2 ans respectivement. L'analyse des données montre que la douleur affecte les activités quotidiennes chez 44% des patients. Après 2 ans de suivi, la douleur est associée à des symptômes dépressifs si elle est présente dès le début de la maladie. Ainsi, bien que l'échantillon de patients soit faible, surtout dans les formes progressives, cette étude montre que la douleur même modérée, affecte la qualité de vie et persiste chez un pourcentage élevé de patients.
En conclusion, la douleur semble être un symptôme fréquent dans la SEP quelque soit la forme initiale de la maladie. Ce symptôme est probablement sous estimé au début de la maladie : l'annonce du diagnostic et la prise en charge thérapeutique à long terme constituent alors la préoccupation majeure du patient et du clinicien.
Projet réalisé avec le soutien financier de l'ARSEP.

source : ARSEP



14/04/2009
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres